Pour rester informé(e)
CCEFR Contact   RSS RSS 2.0
   
 
CCEFR

Accueil > Archives > Cycles 2015 > Cycle 3 « Les religions et le mariage » // Septembre-octobre 2015 > « Les rites du mariage en Chine et en Mongolie »

Cours 1

« Les rites du mariage en Chine et en Mongolie »

Mercredi 23 septembre 2015

Cours animé par Marie-Dominique Even, chargée de recherches au CNRS, orientaliste et Jacques Pimpaneau, professeur émérite à l’INALCO

Salle Franklin, 60 rue Franklin (métro mairie de Montreuil, ligne 9)
de 14 heures à 17 heures

Chez les Mongols, le mariage est avant tout un acte social, ritualisé sans être pour autant placé sous l’égide du chamanisme ou du bouddhisme. À l’époque de Gengis khan, le mariage par rapt était une pratique courante, à côté des alliances négociées entre lignages. On s’intéressera ici aux pratiques matrimoniales traditionnelles sur lesquelles les sources anciennes et les données ethnographiques nous renseignent, d’autant qu’elles se sont perpétuées dans certaines régions jusqu’au XXe siècle, mais aussi aux transformations du mode de vie communiste et aux effets récents de la mondialisation.
Le mariage en Chine ne fait pas partie de la religion, mais des rites. Comme il a évolué au cours de l’histoire, on l’envisagera sous l’Antiquité, où il est différent suivant les classes sociales, sous l’empire unifié (220 avant J.-C.) avant le néo-confucianisme, apparu sous la dynastie Song (960-1279), sous l’empire avec la domination du néo-confucianisme, au XXe siècle avec l’influence occidentale, dans certaines minorités nationales qui ont conservé le matriarcat. Le mariage sera envisagé sous ses aspects juridiques, sentimentaux, grâce aux œuvres littéraires, et sexuels.