Pour rester informé(e)
CCEFR Contact   RSS RSS 2.0
   
 
CCEFR

Accueil > Cycles 2019 > CYCLE 1 « Être catholique en France entre XVIe et XXIe siècle. (...) > « Mystique et féminité au XXe siècle. »

Cours 2

« Mystique et féminité au XXe siècle. »

Mercredi 13 mars 2019

Cours animé par Claude LANGLOIS, directeur d’études émérite EPHE.

Salle Franklin, 60 rue Franklin (Métro Mairie de Montreuil, ligne 9) de 14h00 à 17h00

L’église catholique, depuis quelques années, s’est éprise des femmes mystiques au point de faire de leurs écrits des références aussi importantes – au moins en théorie - que ceux d’Augustin ou de Thomas d’Aquin, en leur accordant le titre, jusque là réservé aux hommes, de docteurs de l’Église. Ainsi, de 1970 à 2012, Catherine de Sienne et Thérèse d’Avila, Thérèse de Lisieux et plus récemment encore Hildegard de Bingen sont elle entrées dans le panthéon réservé jusque là à une trentaine de personnes. Stratégie de communication, à l’époque des revendications féministes, ou volonté, au moins à titre posthume, de donner à des femmes une fonction enseignante ?

Pour mieux le comprendre on tentera de confronter cette initiation pontificale tardive à la réalité du terrain qui montre l’existence d’un indéniable renouveau de la mystique, presque exclusivement féminine depuis la fin du XIXe siècle ; et pour aller plus avant dans l’explication je prendrai l’exemple de la seule mystique contemporaine devenue docteur Thérèse de Lisieux (1873-1897) dont je confronterai le destin hors norme avec une personne qui a vécu une grande partie de sa vie à Ivry, en terre communiste, Madeleine Delbrel (1904-1964).