« Enseigner les faits religieux à l’école élémentaire. »

Rencontre-débat avec Lola Petit, doctorante, prix du jury du CCEFR 2019 qui nous présentera ses travaux portant sur :

« Enseigner les faits religieux à l’école élémentaire, éduquer à la laïcité ? »

Une étude des pratiques des professeurs des écoles ( 2013-2018 ) 
Pour encourager la recherche sur la Laïcité et le Fait religieux, le CCEFR distinguera chaque année un(e) étudiant(e) qui aura soutenu une thèse de doctorat sur ses champs thématiques.
La lauréate ou le lauréat choisi(e) par un jury d’universitaires et de chercheurs sera invité(e) à présenter le contenu de sa recherche dans le cadre des conférences du CCEFR.
Cette “leçon” du doctorant ou de la doctorante sera assortie d’une indemnité offerte par l’association.

Lire la suite

« République bourgeoise, domination capitaliste et limites des politiques d’assimilation »

Cycle « Intégration et Laïcité »

Cours animé par Jean Paul Scot, historien, écrivain, professeur honoraire au lycée Lakanal.

 

Les héritiers libéraux, démocrates puis socialistes de 1789 et des droits de l’homme ont pu jusque vers 1880 concilier sans grandes difficultés l’affirmation de la citoyenneté nationale et de la solidarité internationaliste tant que les « étrangers » furent perçus comme des « réfugiés » ou des « émigrants » semblables à eux-mêmes.

Lire la suite

« Un catholicisme en société pluraliste »

Cours animé par Frédéric Gugelot, professeur d’histoire contemporaine, université de Reims.

Le XXe siècle semble marquer en France pour le catholicisme le temps d’un long et lent déclin face à une sécularisation sans cesse en progression. On est passé de la religion de la majorité des Français, reconnue par le Concordat, à une situation de « discordat », puis de minorité paradoxale.

Lire la suite

« La sociologie du catholicisme français au XXe siècle et les enquêtes Boulard »

Cours animé par Guillaume Cuchet , professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Est-Créteil

L’Église catholique s’est lancée, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans des enquêtes approfondies sur la pratique religieuse dans tous les diocèses de France. Le chanoine Boulard, qui a laissé son nom à une « carte religieuse de la France rurale » célèbre, dont son ami François Furet disait qu’elle était un des documents les plus énigmatiques de l’histoire de France, a été le principal ordonnateur de ce « moment sociologique » du catholicisme français dans les années 1945-1965.

Lire la suite

RSS
Email